Dringende Massnahmen Radio

Radio-Genève und Radio-Lausanne

STATUS
Stand des Projekts: abgeschlossen
Beginn: 1992
Ende: 1998 Studio Genf; 2002 Studio Lausanne

RESUME
Ce projet a pour but d'assurer la copie de 20% à 25% des plus anciennes archives de la Radio suisse romande qui se composent d'environ 85.000 disques de gravure directe. Le studio de Genève en a conservé 30.000, celui de Lausanne 55.000: c'est la plus grande collection d'enregistrements propres de la SSR qui nous soit parvenue. En effet, les supports originaux des autres studios suisses ont en grande partie disparu. La collection de la RSR représente aujourd'hui à peu près 80% de l'ensemble de ces supports encore existants en Suisse.

Quatre personnes collaborent à mi-temps au travail de copie et de documentation, deux à Genève et deux à Lausanne.
Ces travaux, qui avaient débuté en 1992 au studio de Genève et qui ont été étendus au studio de Lausanne en 1994, comprennent les points suivants :

    * Sélection thématique des documents sonores à copier
    * Traitement des supports en vue de la copie (reconstitution du document sonore, nettoyage, etc.)
    * Copie des documents sur DAT et catalogage du processus technique et du contenu de l'enregistrement dans la banque de donnée CHARTA de la Phonothèque nationale suisse
    * Conditionnement des supports originaux - fourre antistatique et carton de protection - et copie des DAT sur CDR.

Le même document sonore est ainsi copié sur deux supports différents : une DAT et un CDR. Les DAT sont conservées à la Phonothèque nationale suisse à Lugano, les CDR servent à la Radiodiffusion et sont catalogués dans les banques de données de la Radio suisse romande (RSR) à Lausanne.

DESCRIPTION DES FONDS
Ce fonds de 85.000 disques, dont une partie ne peut plus être copiée vu la détérioration du support original, ne représente pas la totalité des supports gravés entre 1936 et 1956. Radio-Genève et Radio-Lausanne avaient chacune leurs spécificités qui se reflètent dans leurs fonds d'archives.

Radio-Genève
Les points forts de Radio-Genève étaient la couverture des événements liés à la présence des organisations internationales à Genève, mais aussi incontestablement la diffusion de musique classique au travers de la présence de l'Orchestre de la Suisse Romande. Nous y trouvons par exemple les voix de diplomates actifs à la Société des Nations jusqu'à 1947 ou encore de nombreux documents qui reflètent les relations étroites entre le CICR et Radio-Genève.

Radio-Lausanne
Le fonds d'archives de Radio-Lausanne comprend, lui, de nombreux enregistrements faits dans toutes les parties de la Suisse romande et donne ainsi un reflet exceptionnel - par ces multiples reportages - de la vie quotidienne culturelle ou sociale en Suisse romande. Une autre partie du fonds de Radio-Lausanne présente un grand intérêt non seulement pour le patrimoine sonore suisse, mais aussi européen. Il s'agit des enregistrements d'émissions radiophoniques d'autres stations durant la Deuxième Guerre mondiale qui étaient utilisés pour les grandes émissions de rétrospective de Radio-Lausanne à la fin du conflit. C'est ainsi que la RSR possède aujourd'hui des documents sonores historiques de Radio Berlin, Radio Prague, Radio Moscou ou d'autres.

Accès aux documents sonores
Pour les deux fonds, celui de Genève et celui de Lausanne, il existait un fichier traditionnel qui n'était plus fiable. Afin d'avoir une vue d'ensemble des fonds, nous avons établi deux inventaires électroniques. Ceux-ci nous permettent de procéder à des sélections thématiques - grâce aux mots-matières - mais aussi d'indiquer les documents sonores qui sont copiés sur un nouveau support. Malgré ces inventaires, nous trouvons de nombreux documents inédits lors du processus de copie. En effet, beaucoup d'émissions, ou d'extraits d'émissions n'avaient jamais été saisis ou catalogués précédemment.

Les disques de gravure directe
Les disques de gravure directe sont les premiers supports enregistrés utilisés par la SSR. A Radio-Lausanne et Radio-Genève ces supports ont été utilisés depuis 1936 et peu à peu remplacés dès 1951 par les bandes magnétiques pour disparaître totalement en 1956.

Les supports sont tous conçus selon le même principe. Contrairement aux disques 78T du commerce, ils ne sont pas constitués avec une matière homogène, mais comprennent trois couches différentes. Le support central est en aluminium ou - durant la guerre - en verre avec une couche de laque sur chaque face. Avec le temps, la laque s'est soit détachée du support central, ou simplement contractée ce qui a donné naissance à de profondes "crevasses" qui empêchent la lecture traditionnelle avec une aiguille.

Comme chaque face a une durée maximale de 4 minutes et que de nombreux reportages ou interprétations musicales étaient plus longs, les disques étaient synchronisés. Ceci signifie que contrairement aux disques commerciaux, la face B ne se situe pas sur le revers de la face A, mais sur un autre disque. Ce qui donne comme structure A - C sur le premier support et B - D sur un deuxième disque. La dernière partie de la face A est identique à la première partie de la face B, les deux disques étaient posés sur deux tourne-disques synchronisés. La première face passait sur les ondes, puis la deuxième - pendant ce temps le technicien retournait le premier disque - et ainsi de suite. Ainsi, sans accrocs pour les auditeurs, la diffusion pouvait continuer. Il faut savoir que certaines émissions pouvaient comprendre plus de vingt disques.

ACCES AUX DOCUMENTS
Les disques originaux sont déposés à la Bibliothèque nationale suisse à Berne, et des copies de consultation sont mises à la disposition du public à la Phonothèque nationale suisse, à Lugano. Documentation sur FN Base (www.fonoteca.ch), recherches via Memobase (www.memoriav.ch).

COLLABORATION AVEC D'AUTRES PROJETS
Ce travail de conservation des plus anciens documents radiophoniques se poursuit aussi dans le studio de Bâle (pour tous les trois studios DRS); il en va de même pour les anciennes bandes sonores de la RSI et de Radio Rumantsch.

REDACTION DE LA DESCRIPTION
Juni 1999